AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alex Funke, alias Doigt de Fée, le jongleur de feu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Doigt de Fée (Alex Funke)

avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 04/08/2010
Age : 23
Localisation : France

MessageSujet: Alex Funke, alias Doigt de Fée, le jongleur de feu.    Jeu 5 Aoû - 14:24

| IDENTITÉ
NomFunke
PrénomAlexander, on dit plus facilement Alex, quoique on m'appelle pas souvent par mon prénom.
Surnom: Doigt de Fée, c'est presque le seul nom que je donne quand je me présente. Mon nom d'artiste, pourrait-on dire.
Âge25 ans mais j'en parais 20 ans même moins.
Date de naissance23 Janvier
Sexe : Masculin
Origines : J'ai vécu longtemps en dehors de la ville. Je suis entrée avec mon père et mes deux frères, lorsque ceux-ci voulurent se lancer dans la résistance.
RaceSorcier
RangElémentaliste

| PHYSIQUE
Description
Mon visage.
Des longs cheveux blonds et ondulés poussent sur le haut de mon crâne et descends en dessus des épaules, que je garde ainsi car c'est, ou plutôt c'était une tradition dans ma famille d'avoir les cheveux longs. Je ne les attachent que quand je manie mes instruments de feu, mes bâtons, mes bolas, mes éventails et j'en passe.
Mon front est lisse, sauf quand je me met en colère, il est traversé alors de quelques rides droites. Mes yeux, difficile de leurs trouver une vrai couleur. Ma mère me disait qu'ils étaient des noisettes, mon père les comparaient à des pierres d'ambre. Pour moi, ils sont comme des braises qui n'attendent que de s'enflammer. Avant j'avais des fines pattes d'oies car je passais mon temps à rire, avant que je ne perde toute ma famille. Maintenant elles ne sont presque plus visibles, comme effacé par un coup de gomme.
Mon nez, ma bouche, ils sont totalement normaux. Mon nez est droit, ma bouche est fine. Quant à mon menton, il est plutôt carré, et recouvert d'une fine barbichette qui ferait pâlir de jalousie le dieu Pan.
Pour le reste de mon corps, à part une humiliante cicatrice, symbole d'une cuisante défaite, je n'ai pas à me plaindre. Du haut de mes 1 mètres 80, je ne pèse pas bien lourd, ne mangeant pas toujours à ma faim.
Je n'ai jamais eu une vie très confortable, peut-être au début mais je n'en ai pas souvenir. J'ai toujours vécu assez à la dure, entre les entrainements et les voyages de ma famille, mon corps et mes muscles ont soufferts. Mes bras et mes jambes sont, forts, endurants, durs comme de l'acier, et je ne parle pas de mes abdominaux. Pour moi, ce n'est pas le problème d'en avoir, c'est le principe que grâce à eux, je me sors bien mieux des embrouilles.
généralement, pour m'habiller, je me débrouille avec ce que je trouve, et lorsque j'en ai les moyens, je m'achète quelques fringues


Signes particuliersSur mon dos, j'ai une énorme cicatrice, comme si on avait voulu me coupé le corps en deux. elle parte de mon épaule droite et va presque jusqu'à ma hanche haute. Un vieux souvenir de quand je me battais aux côté de ma famille, contre le Commando d'élite. Cette marque, je la dois au lieutenant colonel Darius, et à la barre de fer tranchante où il m'a projeté avant que mon père ne me sauve.

| PSYCHOLOGIE
Description :
Lorsqu'on me vois, ainsi dans la rue, à jongler dans la rue avec mes staffs enflammés ou mes bolas de feu, on peut penser que je suis un hommes comblé, ou simplement heureux de ma vie qu'ils pensent magnifique. Bien sûr, tous pensent que je suis comme eux, un être humain. Mais personne ne peut lire à travers la cage de flamme qui m'entoure pour comprendre que ce j'éprouve, vraiment, il faut me connaître. Ou au moins connaître mon vrai nom.
En fait, je suis empli de rage. La colère de voir les miens, les Lycans et tous les autre devenir les petites bébêtes des humains, où qu'ils les fassent combattre comme au Fight Club. Je trouve cela révoltant. Car j'ai toujours eu foi dans le courage, dans l'honneur … bien qu'aujourd'hui, ces idées trouvaient plus leurs place dans un conte pour enfants.
Toujours, on m'a élevé dans l'idée qu'un jours, nous pourrions retrouver notre liberté. Alors je me presque calqué à mes frères. Je suis persévérant, cherchant encore à venger ma famille, une petite flamme à peine plus grande que ma main et j'ai la moitié de la ville à mes trousses. Et à chaque fois, j'espère trouver dans la foule ce Darius. Certains me disent courageux, ceux qui savent qui je suis, et ceux là sont rares, je me pense plutôt inconscient du danger que cela représente en fait. C'est étrange parfois comme les deux se mêlent parfois.


Ce qu’il pense des autres races
Dans cette ville, les seuls que je respecte sont ceux qui ne courbent pas l'échine. Qu'ils soient Vampire, Lycans ou comme moi.
Dans les rues, dans les bazars, on entends des rumeurs sur des coups, des sabotages, certains se rebellent encore. J'ai entendu parlé de la Brigade, la bande des Loup-garous. Des fois, j'aurais aimé être un lycan pour me joindre à leurs combats.
La groupe de la résistance pacifique dirigé par ce Rus est pour moi plus comme un club qu'autre choses. Je ne sais comment ils veulent arranger les choses mais pour moi, ils n'ont aucun espoir.
Quant aux autres, ceux qui restent tapis dans l'ombre, Ils ne sont guère plus que des fugitifs, préférant fuir, vivre comme de la vermine plutôt que de combattre.


Signes particuliers
Je suis provoquant. Et un pyromane, des pieds à la tête. Je sais, c'est un énorme défaut dans une ville pareille, entièrement contrôlé par les humains mais je ne peux m'empêcher, parfois, pendant mes spectacles de rue de laisser aller mon feu intérieur pour embellir la représentation. Généralement, après un tel éclat, j'ai la moitié des militaires à mes trousses. Et dans le tas j'espère toujours retrouvé Darius


| HISTOIRE
Histoire :
Je suis né, il y a trente ans dans une famille de sorcier. La plupart d'entre nous, c'est à dire mes deux frères et moi étions des élémentalistes de feu, comme ma mère. Mon père quant à lui pouvait provoquer des ondes de choc à couper le souffle et voler dans les airs, et c'était dans cet l'art qu'il excellait le mieux.
Toute ma famille vivait, au début de ma vie reculé dans un château installé dans la nature, un vieux manoir qui tombait en ruine mais c'est à l'intérieur de celui que ma mère nous appris à moi et mes frère à maitriser nos pouvoirs, à devenir de vrais combattants. Nous devons constamment nous entrainer car mon père voulait rejoindre la ville. Là-bas disais t'on, il y avait encore de la résistance et mes parents étaient aveuglément par leurs idéaux à cette époque.
On a ensuite voyager, pour découvrir à chaque fois que les poches de résistants, que les clans étaient décimés, et c'est le jour de mes vingt-trois ans que nous sommes entrés dans la ville.
Et la vrai terreur nous aient apparus, trop vite. Les humains étaient absolument partout, certains se promenaient même avec leurs ''animaux de compagnie'' dans la rue. En moi, à chaque fois que je voyais passer un lycan avec un collier autour du cou, je me retenais de faire flamber tout le quartier. Nous avons passé quelques temps dans les maisons, pour la plupart des taudis abandonnés. Mes parents ont rencontré celui qui s'occupaient de la Résistance, un certain Rus. Et lorsqu'ils revenus, ils étaient à la fois choqué et irrité. Car c'était un humain qui tentait de rendre leurs droits aux autres races.

Mais ce qui se passa, ce qui brisa ma vie, arriva quatre mois après notre arrivée.
Nous venions d'enfin trouver quelques choses de mangeable, et un toit pour ce soir. Nous nous baladions dans les ruelles. C'étaient presque la seule chose que nous faisons, depuis un long moment. Nous n'arrivions pas à trouver d'aide, toutes les races se méfiaient l'un de l'autre. Impossible de réussir à les rassembler. La plupart étaient terrés dans l'ombre. Où d'autres restaient à la botte des hommes. Mes espoirs commençaient à dépérir. Et nous avons entendu des cris.
Jamais nous n'aurions du les entendre, et encore moins les suivre mais nous l'avons fait. Nous nous sommes retrouvé devant une vieille battisse, devant lequel se trouvait des hommes armés. Nous les connaissions, à force de suivre ici, nous avons compris qui ils étaient. Le Commando d'élite. Et dans le tas, nous avons découvert des sorciers. Pas n'importe qui, un ancien ami de mon père. Avant qu'on ait put dire quoi que ce soit, mes parents sont entrée dans la bataille. Le feu de ma mère a explosé, mon père l'a suivit et nous aussi, mes flammes jaillirent, essayant de les combattre, peine perdu. Les soldats furent d'abord surpris, mais vite, ils reprirent le contrôle. Ma mère fut la première qu'ils maitrisèrent. En moins de deux, elle se retrouva entre leurs mains, une chaine d'amiante la ligotait. Mon frère ainé fut le deuxième, attrapé par un grand homme blond au air d'athlète. Je voulu l'aider. Mon frère passa dans les mains d'un autre et le grand blond m'attrapa.

- Peine perdu … a-t-il raillé.

J'ai tenté de le brûler, de me défendre mais il m'a envoyé valser, j'ai voler de quelques mètre avant de la percuter. J'ai eu le souffle coupé, mon dos fut brisé. Le mur que j'avais heurté était traversé par une barre de fer, abîmé par les années et désormais tranchante comme une épée. J'ai senti mon dos s'ouvrir en deux. La douleur était telle que je n'arrivais même pas à crier. Et j'entendis ma famille m'appeler. Mon regard se leva. Maintenant, nous étions perdu. Ils venaient d'abattre un de mes frère et l'autre se débattait rageusement. Ma mère n'était plus dans mon champ de vision, qu'est ce qu'ils avaient d'elle. Je glissai le long du mur, sans force, sans vie, pire qu'un pantin. Le blond s'approche de moi, me tourne pour examiner mon dos.

- Et merde, mal visé. Il est KO

Il appela un nom. Une personne bougea, allait courir vers nous. Mon père surgit soudain dans mon champs de vision, une onde de choc des plus violent. Le blond fut projeté. Avec la force du désespoir, mon père m'attrapa puis se sauva, en volant avec moi dans les airs.

- Merde, faut pas les perdre !!

Mon père traversa deux rues, trouva un trou de cave dans celle-ci puis me jeta dedans.

- Sois fort mon fils, et ne perds jamais espoir.

Et il disparu. Je ne bougeais pas, les hommes du Commando d'élite passèrent, lancé à la poursuite de mon père. L'un d'eux s'arrêta pourtant. Je reconnu ses chaussures, c'était le blond. Il resta quelques instants devant ma cachette et j'entendis crier son nom.

- Darius, dépêche on va les perdre !

Il se remit à courir la seconde d'après. J'attendis, encore, jusqu'à ce que la nuit tombe. En lambeau j'ai quitté mon trou à rat. J'ai erré. Jusqu'à pourvoir enfin m'en sortir.

Il ne s'est pas passé grand chose entre temps.
J'ai d'abord cherché à me soigner. Un médecin clandestin, un sorcier tout comme moi s'en est chargé. Puis, il a fallu que je gagne mon pain. Je savais depuis longtemps jongler, m'entrainant dès que j'avais un temps de répit. Il a fallu que je trouve un moyen d'attirer les foules sans utiliser mon pouvoir.
Un vieux m'a appris à utiliser le Cardan, un pétrole désaromatisé dans lequel tremper des mèche de kevlar, un tissus qu'on utilisait pour les gilets pare-balles. En les enroulant serré aux extrémités d'une barre de fer, je pouvais enfin les enflammer de manière naturelle, humaines. Et cela plait énormément aux foules, un jongleur de feu.
Je tus mon nom. Les ''Funke'' ont toujours été connu pour leurs caractéristique magique, et je ne voulais pas me faire capturé à cause de ça avant d'avoir finir la mission que je me suis donné. Aussi, je me suis donné comme nom Doigt de Fée. Presque tous ceux que je connais, et ils sont peu nombreux, ne me connaissent sous ce nom là.
Je vis maintenant dans un camion, garé sur une place où presque personne ne va jamais. Dedans, il y a des étagères un peu partout qui sont remplis de matos pour mes spectacles et des quelques fringues pour moi, un lit intégré dans la paroi, un frigo qui marche grâce aux capteurs solaires sur le toit du véhicule et j'ai un réservoir que je dois remplir une fois toute les deux semaines. Pour les douches, je préfère aller dans les hôtels un peu pas net et me payer une douche chaude.
Bref, ma vie ne tient pas a beaucoup. En fait, je vis presque en suspend depuis la mort de ma famille. Tout les soirs, après que j'ai fini de me payer mon pain, je cherche à glaner des infos sur l'homme du commando, ce Darius. Pour l'instant, tout ce que je sais, c'est que c'est lui qui est à la tête du Commando d'élite.
Quant à ma famille, je doute qu'il soit encore en vie, sous mes yeux ils avaient déjà tué mon frère, si par chance j'apprenais qu'un d'entre eux était encore vivant, je ferais tout pour le protéger. Mais je n'espère pas trop, pour ne pas me retrouver plus misérable encore quand j'apprendrai leurs morts.


FamilleJ'ai … J'avais deux frères, ma mère et mon père. Ils sont mort, il y a deux ans environ. Maintenant, je suis seul.

| AUTRES
Armes : Dans mon camion, j'ai tout un arsenal, mes bâtons de feu, mes bolas, mes massues. Tout ce que j'utilise pour mes spectacles, j'ai appris à m'en servir comme une arme. J'ai également deux katana, hérité de mon frère et aussi une dague que je garde à ma ceinture.
PouvoirsContrôle du feu

| DIRTY LITTLE SECRETS

Orgueil
Quelle est la pire chose que vous croyez pouvoir pardonner ?la lâcheté de ceux qui préfèrent se cacher, ou de ceux qui vivent comme des chiens à la botte des humains. Mais cela n'ira pas sans une petite flambée.
Votre plus grande fierté: Mon talent pour manier le feu et mon talent pour le jonglage.
Votre plus grande erreurDe ne pas avoir pu convaincre ma famille que cela été une guerre perdue d'avance sans renfort.
Votre plus grande humiliationLa cicatrice de ma fuite, faite grâce à Darius.
Ce qui pourrait vous arriver de plus honteux : De me retrouver privé de mes pouvoir dans un labo , ou d'être le jouet de ce monstre.

Gourmandise
Faites-vous attention à votre alimentation, en temps normal ? : Généralement je m'en fous pas mal, vivant plus au jour le jours.
Aimez-vous boire ? : Je bois presque tout les jours mais juste pour chasser de ma bouche le goût affreux du Cardan, le pétrole de mes crachats de feu. Les cuites, j'aime pas des masses.
Votre odeur préférée ? : celle du feu
Votre péché gourmetdes spaghetti à la carbonara, un vieux souvenir de quand tout allait bien
Qu'aimeriez-vous manger qui serait inavouable ?Euh … non, j'ai rien en tête là.
Jusqu'où iriez-vous pour combler votre faim ? : Loin, je pense ...

Avarice
Êtes-vous, au naturel, une personne généreuse ? : je pense, après tout, ça détends de quoi.
Qu'aviez-vous du mal à partager quand vous étiez enfant ? : mon matériel pour jongler. Et c'est encore le cas aujourd'hui
À quoi vous attachez-vous le plus facilement ? : à mes frères, mes parents, et mes outils de travail
Que n'aimeriez-vous pas vous voir faire pour protéger un bien ? : Les seuls vrais bien que je possédais se sont envolé, m'ont été envolé par Darius. Pour ma mission, je serais prêt à tout laisser derrière moi.

Colère
Qu'est-ce qui vous irrite le plus chez les autres ? : la lâcheté
Qu'est-ce qui vous irrite le plus chez vous ? :  le fait que je n'arrive pas à retrouver Darius
Votre réaction habituelle face à la contrariété : je m'enflamme, au sens propre comme au figuré
La réaction que vous ne voudriez pas avoir face à une contrariété : blesser des êtres ne sont pas mêlé aux connerie qu'on faits, des enfants, même humains.
La chose sur laquelle vous passez le plus souvent vos nerfs : mon matos, il en souffre souvent.
Vous êtes du genre à hurler, à crier ou à tout casser ? : à me mettre une bonne musique dans mon oreillette sans fils et à me défouler comme un fou avec mes staffs, où a hurler aussi

Luxure 
Votre rapport avec votre sexualité : J'ai eu quelques relations, parfois, mais j'suis pas trop poussé là-dessus. C'est plus par nécessité qu'autre chose, par instinct.
Qu'est-ce qui est le plus souvent à l'origine de votre désir ? C'est souvent parce que je suis déprimé ou que j'ai trop bu, du coup je me laisse aller
Croyez-vous que le l'érotisme est en lien avec l'amour ?J'en sais rien
Votre fantasme avec lequel vous vivez quotidiennement, que vous assumez : je n'en ai aucun, peut-être juste me sentir mieux.
Votre orientation sexuellehétérosexuel
Votre fantasme inavouable : Faire l'amour au milieu d'un brasier
Le fantasme inconnu Il est aussi inconnu par moi
Nommez quelques personnes qui font partie de vos fantasmes Jamais je n'ai vraiment eu envie d'une personne en particulier.

Envie
Quelle estime avez-vous de vous-même ? :  Je me pense assez fort pour la mission que je me suis donné
Que feriez-vous, dans l'extrême, à une personne plus belle que vous ? : je sais pas, siffler, ou je m'en fous, selon mon humeur
Qu'enviez-vous à votre entourage ? : rien, puisque tout ce qui m'entourais sont morts.
La personne que vous admirez le plusPaul Mills je pense, le chef de la Brigade
La personne que vous enviez le plusSurement ceux qui peuvent vivre en paix, quelques parts.
Quelque chose que vous possédez mais que vous détestez :  la cicatrice dans mon dos.

Paresse
Supportez-vous la pression ?: J'ai passé ma vie sous pression, alors oui j'arrive souvent à la gérer
Supporteriez-vous de vivre dans un endroit mal tenu ? : Euh, je pense que c'est déjà le cas … qui a vu mon camion ?
Aimez-vous sortir ?  Êtes-vous quelqu'un d'actif ? :  Je passe mes journée dans la rue, à gagner mon pain en jonglant ou à chercher des infos sur Darius.
Êtes-vous quelqu'un de stressé ? : Pas des masses, enfin juste comme toute personne traqué par tous
Quel serait, pour vous, le comble de la paresse ?  : Ne pas jongler plus d'une journée.

| VOUS 
Pseudo/prénom : Salamandre
Sexe : Fille
Âge : 16
Votre niveau moyen de disponibilité : Euh, environ 4 jour par semaine, plus si j'ai de la chance
Comment avez-vous connu le forum ? une amie m'a filé le tuyau Wink
Vous en pensez quoi ? J'aime trop l'ambiance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Domenic Theodore Darius

avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 30/09/2009
Age : 27

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: Alex Funke, alias Doigt de Fée, le jongleur de feu.    Jeu 5 Aoû - 22:45

Yeah, you rock ! You're on fire !

Je te valide, Doigt de Fée.

J'adore le fait que tu aies précisé que tu n'aies pas réussi à brûler Darius. Ça prouve que tu as bien étudié le forum avant de faire ta fiche.

Bienvenue parmi nous.

*s'incline en une courbette respectueuse, mais pas trop, c'est quand même un sorcier*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.violet-hill.purforum.com
 
Alex Funke, alias Doigt de Fée, le jongleur de feu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.
» Les droits pour Alex Kovalev disponible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloodstained Ground :: Avant tout :: Présentations :: Sorciers-
Sauter vers: