AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kami Doyle, une mignonne petite chose ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kami
Mécano du commando d'élite
avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 02/11/2009

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Kami Doyle, une mignonne petite chose ...   Mer 11 Nov - 22:22

| IDENTITÉ

Nom : Doyle
Prénom : Kamia Éléonor
Surnom : Kami
Âge : 17 ans
Date de naissance : 26 décembre
Sexe : Femelle
Origines : De l’extérieur.
Race : Bah, humaine.
Rang : Certains ma catégorisent comme une scientifique. D’autres comme médecin. La majorité me décrit comme mécanicienne. Je préfère me considérer comme une sorte de bricoleuse. Je construis des machines de toute sorte et des armes épiques. Je suis une spécialiste en la matière. D’un autre côté, j’aime étudier la médicine, la science, la chimie durant mes temps-libres. Et je fais partie du Commando d’élite, dirigée par cet emplumé de Darius.

| PHYSIQUEDescription :

Je mesure un mètre soixante. C’est plutôt petit, j’en conviens, mais une femme n’est-elle pas mignonne et adorable lorsqu’elle est petite ? Ah pis, je m’en fous un peu. Petite ou grande, où est la différence ? Je ne suis pas un mannequin anorexique, mais plutôt une petite chose dotée de quelques rondeurs féminines attrayantes - affirment certains hommes. J’ai irrité de ma famille des hanches immenses de ma mère et des cuisses rondes de ma grand-mère et non de leur poitrine généreuse. Mes seins sont petits, de la grosseur d’une pomme peut-être… d’une petite pomme, hein ! Espérons qu’ils gonflent avec les années…
J’ai un visage carré. J’ai une mâchoire prononcée, des joues rondes, des lèvres pulpeuses, un nez légèrement retroussé, des yeux d’un bleu limpide, des sourcils pâles, un front camouflé sous une frange.
J’ai des cheveux rouges flamboyants, longs jusqu’à mes fesses. Je fixe des dreads en caoutchouc noir à la gauche et à la droite de ma tête pour en faire deux lulus.
J’ai la peau blafarde. Je ne sors pas souvent de mon labo, seulement pour aller m’acheter de la nourriture ou me déplacer pour une réunion ou une exposition sur les divers domaines dans lesquels je suis reconnue.
Quand je sors, je me fais une jolie toilette. Quand je reste dans mon labo, je porte une camisole blanche, un sarrau blanc, un pantalon blanc classique et des pantoufles blanches. Dans ces moments-là, je m’attache les cheveux en un chignon sévère qui, après quelques minutes, pendouille allégrement.

Signes particuliers :

Je suis propre, mais vraiment propre. Chaque partie de mon anatomie est frottée vigoureusement pour déloger toute la crasse accumulée tout au long de quelques heures.

| PSYCHOLOGIEDescription :

Me décrire ? Oh la, c’est vache comme demande.
Enfant, j’étais un prodige. Je le suis toujours. Je réussis tout ce que j’entreprends dans les domaines scientifiques et manuels. Par contre, je suis mauvaise dans les arts et la littérature. Me demandez pas de lire une œuvre littéraire, de l’analyser, de la décortiquer pour finalement écrire une dissertation compliquée sur des pacotilles inutiles. Les ouvrages que je feuillète ou que je lis attentivement sont des documents scientifiques. Me demandez pas de peinturer ou de dessiner des personnages, je n’arriverais jamais à les rendre vivants. Toutefois, je peux dessiner des croquis de machines sans problème.
J’adore la chimie, la science, la médecine et la mécanique. J’aime étudier et apprendre, enrichir mes connaissances et montrer aux vieux papis qu’il ne suffit pas d’être âgé pour devenir un maître dans ces domaines. Je suis jeune, ouais. Je suis bonne, ouais. Je suis la meilleure, ouais.
Toutefois, j’ai beau être brillante, intelligente, vive d’esprit…Je demeure un être humain mortel et regorgeant de faiblesses…Je suis hypocondriaque. J’ai une phobie épouvantable des maladies à un point tel que je me concocte des antidotes contre tous les virus et bactéries et m’injecte fréquemment de fortes doses. Je me douche un minimum de quatre fois par jour, aussi. Si je dois sortir, je me pique. Si je touche un autre humain, j’utilise des gants et me pique, on n’est jamais trop prudent. Et baiser…Je n’arrive jamais à être excitée suffisamment longtemps pour terminer les parties de débauche parce que je me demande si le type est bel et bien propre, s’il a déjà contracté des bibittes pas propres, s’il ne va pas me transmettre quelques maladies écœurantes. Résultat, je suis une jeune pucelle coquine qui aguiche plus qu’elle n’agit.
Je suis une personne enjouée. Je pratique régulièrement le sarcasme, l’ironie et la raillerie. Je ris souvent, des autres surtout. Les hommes sont, généralement, la victime de toutes mes moqueries. Remarquez, je ne suis pas plus douce avec les femmes.
Un autre de mes faiblesses, l’alcool. Oh, ne vous méprenez pas, je ne suis alcoolique. Je consomme modérément…même si quelquefois je me permets une cuite. Le problème quand je me laisse aller…c’est ma fâcheuse manie de me déshabiller sans aucune pudeur…malgré l’endroit où je suis. Si cet évènement malheureux se produit, je me pique.

Ce qu’il pense des autres races :

Hum…Je ne suis pas…entièrement tolérante envers les autres races. Je dois même avouer qu’elles me font un peu peur. Les Magiciens débordent de puissance provenant Dieu sait où. Les Vampires vivent la nuit et boivent le sang humain : ils doivent être infestés de microbes et de cochonneries pas possibles. Les Fantômes…ça se promène et ça pleurniche sa vie passée. Les Lycans…ça…Ça, j’ai de la misère. Les Lycans sont des bêtes…Or, les bebêtes…ça va un peu partout ces affaires-là ! …Et leur fourrure est un piège à maladies ! Et si ça me touche, je vire complètement folle, et faut que je me pique, pis au plus vite ! Si je devais abattre une race maintenant, ça serait probablement les Lycans.

Signes particuliers : Hypocondrie et paranoïa ?

| HISTOIRE

Histoire :

Ma mère s’est tirée quand j’avais près d’un an. Elle est partie avec un Magicien. Profondément humilié, mon père l’a recherchée pendant de trois longues années et l’a finalement trouvée. Je pense qu’elle est morte ou qu’elle sert de cobaye pour les expériences du patriarche. Dans les deux cas, je m’en fous un peu. Elle a quitté la famille en fuyant, elle ne mérite pas qu’on s’intéresse à sa misérable carcasse.

Mon père est un homme rigide, froid et sévère. Il est un scientifique réputé qui connaît un succès fulgurant. Il doit être l’un des hommes les plus riches. Quand j’étais petite, sa façon de m’éduquer était simple. Il me traînait dans son laboratoire, me remettait des outils et quelques pièces de métal avec lesquels je jouais pendant qu’il s’activait sur ses expériences. Le bambin que j’étais s’est vite découvert un talent pour la mécanique. Je démontais et remontais les objets tels que des télévisions, des ordinateurs, des fours…J’ai commencé à construire des gadgets, d’abord petits et insignifiants puis de plus en plus volumineux et utiles. Je me suis intéressé à la robotique. J’étais passionnée par ce sujet, par la possibilité de transmettre une sorte de pensée à un tas de métal.

Mon père et moi n’entretenions pas une relation basée sur le respect et l’amour. Non. On ne s’aimait pas. On supportait la présence de l’autre, rien de plus. Je crois qu’on a commencé à jalouser le potentiel de l’autre. J’excellais en mécanique, lui en médecine. J’avais beau lire et mémoriser des manuels sur la médecine, je n’arrivais jamais au talon du père. Ouais, progressivement, on est devenus deux inconnus vivant dans la même demeure. Deux inconnus qui se zieutaient, qui s’épiaient.

Et je suis partie. Parce que j’étais lasse de tout ça, lasse d’être dans cette maison, avec cet homme. Lasse de vivre cette vie qui ne me plaisait pas. J’étais la fille de Monsieur Oliver Doyle. J’avais une belle petite fortune dans mes poches. Alors j’ai quitté la demeure familial et je me suis déniché un loft. De l’extérieur, on le croirait miteux et dégoûtant, mais l’intérieur est propre, chaleureux, bien décoré. On y a accès par une ruelle sordide. Mon labo se trouve dans mon loft. Je suis installée dans cet endroit depuis un an. Le père subvient à mes besoin, me transférant des jolis montants dans mon compte.

Je travaille. Je fais des expériences, je fais des commandes. Mes clients me demandent souvent des types d’armes particuliers que je suis la seule à fabriquer dans toute la ville. Si vous êtes bêtes et que vous décidez de vandaliser mon loft, de pénétrer de force dans mon labo pour me dérober certaines choses…alors je vous plains…Je ne voudrais pas me faire pogner par toutes les mesures de sécurité installées par ma fabuleuse personne.

Et dans quelque temps, je l’ignore encore, je serai invitée à travailler pour Darius…un Commandant grincheux tatoué sur le pénis.

Famille :

Une mère dont le sort m’est inconnu. Le père est toujours le scientifique renommé. Il m’aide à survivre et à poursuivre mes expérimentations. On est pas en contact excepté les fois où il m’informe qu’il y aura des réunions scientifiques spéciales auxquelles je suis conviée. J’y assiste, parce que c’est chouette. La relation père-fille ne s’est toujours pas améliorée.

| AUTRES

Armes :

Ma bourse est un véritable arsenal. Il y a une bombonne de poivre de Cayenne, des seringues, des fioles contenant des liquides de différentes couleurs, des gadgets sophistiqués que j’ai moi-même confectionnés. J’ai aussi un revolver en argent, quelques talismans pour me protéger des autres races…Bref, j’ai tout un kit de survie.

Pouvoirs : Aucun. *soupire*

| DIRTY LITTLE SECRETS
Cette section sera principalement utile aux personnages des corrupteurs, car comme ils décèlent vos pires désirs et défauts au premier regard, les gens qui les joueront auront besoin d'y avoir accès. Répondez à ces questions dans la peau de votre personnage. Faites des réponses courtes.

Orgueil

Quelle est la pire chose que vous croyez pouvoir pardonner ? *haussement de sourcils* Mon père m’a reniée. Je pense pouvoir le pardonner malgré tout.
Votre plus grande fierté: *petit sourire fendant* Mon intelligence.
Votre plus grande erreur : *grands yeux ronds* Me fier aveuglément à mon cerveau.
Votre plus grande humiliation : *rougit* Euh…*toussote* J’ai couru en pleine nuit aussi nue qu’à ma naissance…Qu’avez-vous à dire pour votre défense ? J’étais IVRE ! *fixe ses souliers*
Ce qui pourrait vous arriver de plus honteux : …*murmure* Attraper une vulgaire petite maladie alors que je crée des vaccins et des antidotes tous les jours, que je teste sur moi. *opine énergiquement du chef*

GourmandiseFaites-vous attention à votre alimentation, en temps normal ? *arque un sourcil* Euh…eh bien…pour tout dire, je ne mange que très peu.
Aimez-vous boire ? … *interdit* De l’eau…j’aime boire de l’eau.
Votre odeur préférée ? L’odeur des désinfectants dans un hôpital.
Votre péché gourmet : *salive* Des crêpes…avec un coulis de sirop d’érable avec un peu de cassonade et de beurre.
Qu'aimeriez-vous manger (ou boire) qui serait inavouable ? … *formule silencieusement la question* Euh … Attendez, que j’y pense… Une quantité épouvantable d’alcool…
Jusqu'où iriez-vous pour combler votre faim ? *regarde la question de travers* Où veux-tu que j’aille pour combler ma faim ?

Avarice

Êtes-vous, au naturel, une personne généreuse ? *rigole* Je crois.
Qu'aviez-vous du mal à partager quand vous étiez enfant ? *réfléchit* Mes outils.
À quoi vous attachez-vous le plus facilement ? *s’esclaffe* Aux hommes. Ces grands dadais m’amusent bien. Ils sont tellement bêtes.
Que n'aimeriez-vous pas vous voir faire pour protéger un bien ? *se gratte la tête* C’est quoi cette question, putain... J’voudrais pas me rendre malade pour protéger mes biens.

Colère

Qu'est-ce qui vous irrite le plus chez les autres ? *s’assoit* *étale ses jambes sur le bureau* *empoigne un scalpel et le manipule distraitement entre ses mains* Chez les hommes, ce qui m’irrite…leur virilité. Ils pensent beaucoup trop avec leur queue. C’est incroyable. Plus elle semble grosse, plus ils sont forts. N’importe quoi…Les femmes, quant à elles, sont superficielles, artificielles…ou sinon complètement détraquées. On ne sait jamais sur quel pied danser avec une représentante de la gente féminine. *soupire* *remarque que la question la dévisage, perplexe* Ben quoi ? … J’suis une femme, mais je n’agis pas comme telle.
Qu'est-ce qui vous irrite le plus chez vous ? *retire prestement ses pieds et nettoie le bureau* Euh…Mon âge. Je ne suis pas assez vieille.
Votre réaction habituelle face à la contrariété : Je bricole. Je construis des machines. *sourire fier* Ou je fais du yoga.
La réaction que vous ne voudriez pas avoir face à une contrariété : *le sourire se fige* Détruire mes inventions. Ça m’est arrivé une fois…
La chose sur laquelle vous passez le plus souvent vos nerfs : *tourne sur la chaise* Huum…mes outils.
Vous êtes du genre à hurler, à crier ou à tout casser ? Je suis du genre à passer tout sur le sarcasme, l’ironie, la raillerie. Je classe ce qui me choque, m’écœure, m’attriste. J’aime pas me casser la tête pour ce type de chose.

Luxure Votre rapport avec votre sexualité : *visage fermé* Beeeen…J’ai rien contre a sexualité…mais je suis encore vierge…pas parce que je suis une petite pucelle effarouchée…Les pratiques sexuelles apportent toutes les maladies les plus invraisemblables qui peuvent exister…même si je peux les traiter, je n’ai pas envie de me faire mettre par un mec qui, lui, a connu…plusieurs…complications au niveau de son sexe.
Qu'est-ce qui est le plus souvent à l'origine de votre désir ? ... les regards lubriques…*sourire carnassier* et certaines réactions, comment dire, éloquentes.
Croyez-vous que le l'érotisme est en lien avec l'amour ? …*fronce les sourcils*…Je ne me risquerais pas à m’aventurer sur cette pente…
Votre fantasme avec lequel vous vivez quotidiennement, que vous assumez : Tu ne trouves pas que ces questions deviennent…intimes ? Ah bon ? D’accord…J’aime bien dominer les hommes…Oh ! Pourquoi tu me regardes de travers comme ça, Question ? Je ne suis pas l’une de ces folles qui fantasment sur des absurdités ! Pff…quand même…
Votre orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
Votre fantasme inavouable : Participer à une partouze. *silence* Toi, Question, fixe-moi avec ces gros yeux encore et je te pique. Attention, je suis sérieuse. Je ne fais pas que des remèdes !
Le fantasme inconnu : Baiser dans une pièce sale ou dans un endroit crasseux…quelque chose qui chamboulerait l’hypocondriaque que je suis.
Nommez quelques personnes qui font partie de vos fantasmes : … Les gens ne sont pas assez propres…

Envie

Quelle estime avez-vous de vous-même ? Très haute.
Que feriez-vous, dans l'extrême, à une personne plus belle que vous ? Je la féliciterais.
Qu'enviez-vous à votre entourage ? Rien. Je n’envie pas leur bêtise.
La personne que vous admirez le plus : Mon père.
La personne que vous enviez le plus : Mon père.
Quelque chose que vous possédez mais que vous détestez : Mon lien familial avec mon père.

ParesseSupportez-vous la pression ? Ouais. Très bien.
Supporteriez-vous de vivre dans un endroit mal tenu ? .. Non…Absolument pas. Tout doit être impeccablement propre et bien rangé.
Aimez-vous sortir ? Êtes-vous quelqu'un d'actif ? Non…je reste confinée dans mon labo.
Êtes-vous quelqu'un de stressé ? Non. Je suis…zen.
Quel serait, pour vous, le comble de la paresse ? Dormir plus de quatre heures en ligne.

| VOUS

Pseudo/prénom : Nael
Sexe : Mâle.
Âge : 19 ans
Votre niveau moyen de disponibilité : ….. euuh ….
Comment avez-vous connu le forum ? … *toussote*
Vous en pensez quoi ? …… jouissif ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Xitaniel
Démone de la luxure - I'll teach you about lust
avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 27

MessageSujet: Re: Kami Doyle, une mignonne petite chose ...   Mer 11 Nov - 22:51

T'es validé, mon lapin xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.black-dahlia.purforum.com
 
Kami Doyle, une mignonne petite chose ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis une petite chose toute mignonne, veux-tu me redonner le sourire ?
» Et bien petite chose, tu es perdue ? [ Hayden ]
» ooh quelle mignonne petite choupie. A croquer. [PV Rosalie]
» A une petite chose, l'inquiétude donne une grande ombre [Cynoë] TERMINE
» Heather ♦ Une petite chose fragile dans un monde de brutes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloodstained Ground :: Avant tout :: Présentations :: Humains-
Sauter vers: