AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Xitaniel
Démone de la luxure - I'll teach you about lust
avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 27

MessageSujet: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Mer 9 Déc - 18:46

Précisions
|Pour ceux qui se demanderaient de quoi peut avoir l'air le hall de la lanterne rouge, le voici, à l'occasion du bal de Noël. Pour les québécois qui l'auraient reconnu, oui, il s'agit bien du Capitole.
|À votre arrivée, vous devez payer les gardiens (3000$) et celui-ci doit approuver votre tenue. N'oubliez pas : tenue de soirée obligée. Il y a de fortes chances pour que vous ayez été accueilli, une fois la porte ouverte, par le sourire et les bras chaleureux de Lady Xitaniel, qui veille à ce que tous ses invités fassent comme chez eux. Par cette simple embrassade, la première ligne de vos tabous disparaitront.
|Tout le long de la soirée, de gracieuses et délicieusses jeunes femmes entièrement nues feront le service et circuleront entre les convives en portant des victuailles et des boissons.
|Le spectacle sur la scène en est un de danse contemporaine très érotisée où plusieurs danseurs et danseuses s'enlacent dans des chorégraphies élégantes et complexes. Le tout est accompagné par quelques musiciens jouant des airs de musique classique en arrière plan.
|Si vous ne connaissez personne, ce n'est pas grave. Ici, tout le monde finira par se trouver très près des autres. Les conversations sont très animées et les mains, aussi. Sous les tables, il s'en passe beaucoup.
|Chaque table est faite pour recevoir quatre personnes. L'idéal est de se mêler à des inconnus.
|Éclatez-vous !


Les derniers préparatifs avaient été terminés le jour même, quelques heures plus tôt à peine. Xitaniel était prête depuis ce matin, mais elle avait eu toute la nuit à sa disposition pour se préparer. Elle voulait pouvoir regarder à tout durant la journée. Elle avait aidé ses hommes à installer les dernières décorations, à déplacer les tables. Elle avait garni chacune d'elle d'un vase longiligne et de roses rouges et blanches. S'en procurer de si belles à cette époque de l'année avait relevé du miracle, mais elle y était parvenue. Elle avait aidé ses petites protégées à se maquiller et à se coiffer, les avait toutes embrassées sur les joues. Surtout les deux petites nouvelles qui avaient grandement besoin d’un petit coup de pouce à la confiance en elle. Servir nues, elles n’avaient encore jamais fait cela. Elle les avait engagées la veille, pour s’assurer d’avoir assez de personnel et les avait formées en vitesse. Elle s’était ensuite assise devant le grand miroir des vestiaires et avait laissé quelques mains coiffer sa longue chevelure blonde. Pour la soirée, elle avait retiré tous les bijoux qui étaient normalement incrustés dans sa peau. Elle ne portait, pour accompagner sa délicate robe de tulle noire, qu’un énorme pendentif ouvragé qui tombait entre ses seins. C’était son frère, Taah, qui le lui avait offert lors de leur dernier rendez-vous.

Elle ne savait pas s’il viendrait ce soir. Il viendrait probablement pour la dernière partie de la soirée, parce que le reste n’est pas assez violent pour qu’il daigne se montrer. La démone grince des dents. Celui-là, il est plus doué pour lui offrir des cadeaux et bien la baiser. Il n’est pas très jasant, pas particulièrement agréable de compagnie, mais il comble le vide depuis le départ de Damah. Lui, il aurait passé la journée avec elle pour l’aider à tout préparer, et peut-être aussi pour manger une partie du buffet avant le temps. Elle chassa cette pensée de son esprit et sourit avec chaleur à la veuve d’un ancien client. Il y avait de cela trois ans, Magda avait découvert que son époux la trompait régulièrement et passait de longues soirées à la Lanterne Rouge. Elle l’avait tué pour ses tromperies, et était maintenant devenue une habituée de la place.

-Vous me ferez l’honneur de passer à ma table, n’est-ce pas ma chère Xitaniel ?

-Mais bien sûr ma chérie, répondit la blonde en collant deux baisers sur les joues de son invitée, le second des baisers s’attardant un peu plus longtemps sur la commissure des lèvres.

Les gens commençaient à arriver et les accolades à l’entrée du cabaret se multipliaient. Sourire après sourire, baiser après baiser, Xitaniel accueillit des visages connus et moins connus, ou carrément inconnus. Elle sentait pulser tous ces corps chauds à mesure qu’ils s’avançaient dans son antre. Elle voyait les regards s’animer, les rires s’élever, les gorges se tendre. Elle sourit. Encore une soirée qui s’annonçait réussie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.black-dahlia.purforum.com
Amandine Guerin
Mage Noire
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 10/12/2009

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Jeu 10 Déc - 12:50

Un bal pour fêter Noël. Quelle drôle d'idée.
Idée judicieuse pourtant, car cette soirée signifiait rentabilité pour la jeune sorcière. Ce genre d'événement pouvait être fréquenté par tout et n'importe "quoi" : des hauts dignitaires humains en soif de fantasmes pervers aux membres de races les plus exotiques venant chercher à oublier que leur quotidien était catastrophique, et ce incognito bien évidemment. Une vraie mine d'or pour l'adolescente, à condition de ne pas se faire repérer. Les détecteurs de magie étaient sa seule véritable inquiétude, mais tout humain ne se promenait pas systématiquement avec un tel gadget dans la poche. Surtout dans ce genre d'endroit, où les préoccupations de tout un chacun n'étaient plus tournées que vers le sexe, la violence, et autres passe-temps plus ou moins douteux.
Un sourire, un clin d'œil appuyé et, l'alcool aidant bien souvent, elle n'avait quasiment pas besoin de se concentrer pour aller fouiller dans le crâne de ses cibles, ou de les persuader qu'elles avaient vraiment envie de se confier à elle. Parfois les illusions n'avaient même rien à voir avec la magie...pathétique.

Pour Amandine, il était donc hors de question de rater une telle occasion. D'autant que la forte concentration de personnes dans un même endroit, l'accumulation de bruit et de signaux visuels attirants, permettait d'effectuer des transactions discrètes avec plusieurs clients sans trop avoir à se soucier d'être repéré.
Elle leur avait donc donné rendez-vous à la Lanterne Rouge, fief de cette si étrange et si effrayante Lady Xitaniel. Ladite dame l'accueillit d'une embrassade à laquelle la jeune fille répondit poliment même si elle était loin d'apprécier ce geste. Le simple contact avec cette femme lui embrouillait toujours un peu les esprits mais, étrangement, elle se sentait bien plus légère ensuite. Et quelque part c'était malsain...
Jetant des regards de droite et de gauche, tentant de prendre un peu de hauteur sur la pointe de ses pieds, elle avait du mal à avoir une vue d'ensemble de la salle. Et ce malgré les hauts talons qu'elle avait chaussé pour l'occasion.

*Bon, pas grave. Il va falloir remonter ses manches et se jeter dans la mêlée...*

Cette réflexion entraîna un soupir et une avancée courageuse au milieu de serveuses dénudées et de messieurs lubriques. Elle avait des clients à voir, et il fallait bien rentabiliser la somme rondelette déposée à l'entrée.

"Bonsoir Amandine."

Une grande brune au teint livide et à l'élégance indubitablement érotique venait de l'interpeler depuis une table non loin. Cette beauté froide n'était autre que l'une de ses clientes régulières, une vampire qui trempait la plupart du temps dans des affaires qui n'intéressaient pas vraiment la petite blonde. Virant de bord, évitant soigneusement le passage d'une serveuse - elle n'allait quand même pas prendre le risque de tâcher sa robe...quelle idée de porter du blanc aussi - et se posa comme une plume sur l'un des sièges que son "amie" lui avait réservé. Deux autres hommes se trouvaient là, des connaissances de la dame, d'après ce qu'elle lui en dit. Amandine n'en avait pas grand chose à faire de toute manière.

"Comment allez-vous ma chère ? Vous amusez-vous ?"

"Oh oui, j'aime beaucoup les soirées de Lady Xitaniel. Elle sait comment recevoir ses invités, mais ça vous le savez bien n'est-ce pas ?"

Echange poli, ton enjoué, joli sourire. Sous couvert d'une complicité feinte, la sorcière en profita pour se pencher vers son interlocutrice.

"La livraison aura lieu le 30 à 21 heures à l'endroit habituel. Voici le plan du bâtiment."

Envoyer une image mentale ne nécessitait qu'une petite combinaison de télépathie et d'illusions savamment dosée. Le tour était joué, les informations transmises, le tout en un temps record et en utilisant le moins de magie possible. Bien qu'elle doutait que la garde fasse une descente ici ce soir, elle y était préparée de toute manière. Mais on était jamais trop prudente.

"J'ai pensé à vous cette année, et je me suis dit que cette soirée était l'occasion de vous faire un petit cadeau, pour les fêtes..."

La vampire sortit un écrin de sa pochette. Lorsqu'elle l'ouvrit, un magnifique pendentif en diamant y trônait, soutenu par une chaîne en or blanc. Elle le prit délicatement et le l'accrocha au cou de la jeune fille avec des gestes d'une douceur et d'une suggestivité déconcertantes. Au moins les regards qui s'attardaient sur elles ne le faisaient pas à cause du bijou...

"Ce n'est qu'une breloque, mais elle a une valeur sentimentale."

"J'en suis très touchée. Et je suis même gênée de n'avoir rien à vous offrir en retour..."

"Voyons ma chère, l'amitié n'est guère affaire de présents. Nous devons à présent vous laisser, nous avons d'autres connaissances à saluer ce soir."

"Certainement."

Les deux femmes se saluèrent aussi chaleureusement que possible, et le trio quitta la table pour se mêler à la foule déambulant ça et là. Amandine venait de rentabiliser sa soirée : la pierre que sa cliente venait de lui céder se revendrai facilement dans les 20 000 dollars.
Son regard se mit à errer sur la clientèle de la lanterne, capté un instant par les danse lascives de la scène, remontant sur les décorations se voulant "chic" de ce haut lieu de la perversion. Qu'est-ce que les gens pouvaient bien venir chercher ici ? Pour elle cet endroit avait un côté pratique. Et, elle devait bien se l'avouer, elle s'y sentait flotter...comment dire...
Une présence dans son dos la tira de ses rêveries. Lorsqu'elle se tourna vers le nouvel arrivant, rien dans son regard ou son attitude ne laissait présager une quelconque surprise.

"Bonsoir Paul. Ne soyez pas timide, venez donc me tenir compagnie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul Mills
Chef de meute de la Brigade
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 05/10/2009

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Jeu 10 Déc - 12:55

La Lanterne Rouge.
Ca grouillait de vermine là-bas. Une bande de porcs se vautrant dans la bouffe, l'alcool, le sexe et le sang. C'était à la fois ce qui dégoûtait et attirait Paul Mills dans cet endroit. Même si tout ce qui se trouvait là-bas était dégueulasse, au moins il pouvait s'y servir, y passer ses nerfs, sa rage, sa haine, et son excitation. Rien à battre du reste. Loin d'être un client régulier, il n'y foutait les pieds de lui-même qu'en cas d'extrême urgence. Et ça arrivait. Parfois.
Mais qu'on lui demande d'y venir...non seulement ça le faisait chier, mais en plus cette soirée un peu spéciale exigeait une "tenue correcte". Là on frôlait l'hérésie. Enfiler un costard à ce loup relevait d'autant de classe que de passer un manteau à paillettes à un caniche.

*Conneries !*

Ils s'étaient tous défilés. Tous une bonne raison, sauf Julian. Mais envoyer Julian là-bas aurait été une bourde encore plus monumentale. Et il fallait bien récupérer ces putains d'infos. Pourquoi cette petite conne menait-elle le jeu ainsi ? Après tout elle n'était rien. Il pouvait la broyer en deux, la dévorer, la faire disparaître de la surface de la planète. Oui, mais alors plus d'informateur. Du moins plus d'aussi bon. Quand on a le top, on s'arrange pour le conserver. Et cette petite Lullaby avait beau être une saloperie ambulante, elle était utile. Très utile. C'était au moins une qualité ayant assez de valeur aux yeux du loup pour qu'il fasse l'effort de prendre sur lui.
Aussi bien mit que possible, il avait passé les portes, se retenant de balancer le prix d'entrer à la gueule du gardien. Xitaniel l'avait accueillit avec un sourire étrange, l'étreignant rapidement avant de le laisser entrer pour de bon. Cette fille-là avait autant le don de l'agacer que de l'exciter. Il avait eu l'occasion de la baiser quelques fois et ne l'avait jamais regretté. Mais il ne lui faisait absolument pas confiance, et dans le domaine de la manipulation il l'aurait même placée devant la tritureuse de cerveaux.
Cette dernière, facile à repérer dans sa robe blanche dénotant totalement avec les codes vestimentaires du coin - versant plus aisément dans un style classe mais subversif - était en grande conversation. Il regarda la grande brune - un cadavre ambulant, après plus ample inspection - faire son cinéma. Elle l'avait remarqué. Les trois vampires quittèrent la table, et Paul se décida à approcher : il n'aimait pas vraiment ces êtres-là. L'odeur certainement.

"Bonsoir Paul. Ne soyez pas timide, venez donc me tenir compagnie."

Depuis quand l'avait-elle repéré ? Voilà ce qu'il détestait chez ce démon aux allures de fillette : il fallait se méfier en permanence.

*Faites au moins un petit effort. Ce n'est quand même pas difficile de jouer la comédie ! Ayez au moins l'air content de me voir.*

Sans sa légendaire maîtrise de lui-même, il aurait tressauté. Il prit le siège que lui présentait la jeune fille, s'y assit avec une souplesse inattendue pour son gabarit, et se pencha vers elle, un sourire inquiétant aux lèvres.

"Entre encore dans ma tête sans permission et je fais voler la tienne."

Son regard prouvait bien qu'il pensait profondément ce qu'il disait, et surtout que cela lui procurerait sans aucun doute un immense plaisir. Mais face à lui la petite blonde ne se décontenança pas, gardant son apparente - et factice - bonne humeur.

"Charmant. Comme à votre habitude. Mais je sais qu'au fond vous m'appréciez tout de même."

Son envie de meurtre sembla se muer en... La salope, elle était en train d'utiliser un de ses tours sur lui ! Il se serait bien énervé, là, tout de suite, mais il se sentait étrangement calme. De toute manière il s'était juré de se tenir. Bon, au moins c'était plus facile comme ça.

"Evite de jouer à ca."

"Oui oui, je sais. Vous radotez, ça doit être l'âge."

Elle le cherchait en plus. Si...
Elle se pencha vers lui comme elle l'avait fait avec sa cliente un peu plus tôt.

"Les produits reçus cette semaine vont être transférés à la réserve. Les ventes sont prévues jeudi, mais il y aura moyen de réserver si vous vous y prenez assez tôt."

Les loups-garous issus de la dernière rafles allaient donc être conduits au centre de tri. Moins de quatre jours pour les sortir de là? Ca allait être tendu.

"Comment pourrais-je réserver ?"

"J'ai un ami qui travaille là-bas, je peux le contacter pour vous si vous le souhaitez. Il faudra faire une avance bien entendu."

*Balland connait les horaires et les plans, il compte se joindre à vous pour cette opération*

Il fallait que ces crétins de la Résistance s'en mêlent. Bordel, si cette chipie n'avait pas insisté c'était qu'elle avait passé un marché avec eux aussi. Ils allaient devoir se les coltiner sur une opération qui ne nécessitait pas un groupe aussi nombreux... Chier !
Paul sortit une enveloppe de sa poche. Le cachet de Lullaby. ah ça, pour vous endormir et mieux vous poignarder ensuite, elle savait y faire.

"Je compte sur vous alors."

La blondinette rangea soigneusement l'enveloppe dans son sac, un sourire aux lèvres. Il n'aimait pas ça. Impossible de savoir ce qu'elle avait dans le crâne celle-là, et en plus elle pouvait entrez dans le votre sans crier gare. Pire qu'une épine dans le pied.
Bon maintenant que c'était réglé et vu qu'il était sur place, autant profiter de la soirée, non ? En plus les réjouissances prévues à minuit pourraient lui permettre de passer une partie de sa frustration. C'était plutôt bienvenu.
Son interlocutrice semblait être absente, le regard perdu dans le vague en direction d'une autre table. Au moins elle ne l'emmerdait pas pendant ce temps-là. Il se commanda un whisky puis le sirota tout en réfléchissant à ce dont il avait envie... En fait il y avait beaucoup de choses dont il avait envie. Et le choix était difficile. Ne serait-ce que démembrer proprement l'une de ces agaçantes serveuse venant se frotter aux clients dans le plus simple appareil...
Un impact léger dans son dos le fit se retourner en une fraction de seconde, laissant là ses projets de massacre pour analyser ce qui se tenait à présent face à lui.
Et c'était pour le moins...spécial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kristin "Vixen" Fox
Championne du Fight Club
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 27

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Mar 15 Déc - 13:14

Du revers de la main, j’essuie le sang qui me déborde à la commissure des lèvres. Ça a été une soirée plutôt mouvementée, très excitante. Pendant un moment j’ai cru que j’allais y passer et, pour tout vous dire, je me suis jamais sentie aussi contente de moi après la fin d’un combat. Consciente de ce que voulait voir mon public – et consciente de mes propres pulsions – j’ai planté mes dents dans la gorge du macchabé à plusieurs reprises après l’avoir étendu pour de bon. Mais sérieusement … je crois que je n’ai jamais contemplé la mort de si près. Le loup contre lequel on m’a fait me battre … Personne en avait jamais entendu parler. On me l’a offert pour Noël. On s’attendait tous à un combat banal. Moi la première. Mais je crois que Taah, l’patron, savait ce qu’il faisait. Offrir du divertissement, c’est son boulot. J’rigole pas. Le type, une fois transformé, faisait plus de trois fois ma taille. J’avoue que je suis pas la plus grosse louve qui soit mais quand même, je suis pas minuscule non plus : je donne pas ma place. En tout cas … je crois que le gars avait été dopé, ou modifié génétiquement, parce que c’était impossible d’être aussi énorme et aussi fort. J’ai fini par l’avoir juste parce que je suis rapide et que j’aime frapper dans le dos. Je l’ai bien amoché une fois qu’il a été mort, pis j’ai pissé sur sa dépouille, provoquant les rires et les hourras de la foule en délire, qui avait craint pendant plusieurs minutes que leurs paris seraient perdants. Mais j’ai gagné, et eux aussi.

Je me regarde dans le miroir des toilettes. J’ai le visage tuméfié – ça va durer quelques heures probablement – et un de mes bras est lacéré du poignet à l’omoplate. Je grimace, une mimique qui ressemble un peu à un sourire. On m’a remis mon collier dès ma sortie du ring. Ça m’a fait chier. Mais c’est dans mon contrat, si je veux rester libre de mes allées et venues dans la ville. Et ça j’y tiens. Surtout ce soir. En remettant mon jean, je tombe sur le papier que j’y ai froissé tout à l’heure. C’est l’invitation de la miss Xitaniel à sa grande soirée de Noël. Invitation spéciale, qu’elle avait remise au big boss pour qu’il me la remette, comme quoi j’aurais rien à payer pour entrer parce que ma seule présence serait un honneur et un plaisir pour les autres invités. Taah me l’a remise avant le combat de ce soir.

-Tu vas v’nir, toi ?

Il a haussé les épaules. Moi aussi. Après tout je m’en fiche qu’il vienne ou pas. Sauf que je l’ai vu quelques fois avec la patronne du bordel. Dans ma tête c’est logique qu’il devrait y aller, mais ça a pas trop l’air de l’enchanter, ce bougre. J’enfonce 4 000 dollars dans ma poche gauche, mon butin de ce soir. Je vais faire un saut à l’appart pis le ranger dans un tiroir. J’vais me changer aussi, parce que je suis pleine de sang. Et peut-être prendre une bonne douche. Ouais, ça, ce sera pas de refus. Je salue quelques potes du club et je sors dans la rue. Passage éclair dans mes affaires. Je finis par ressortir avec un pantalon ben straight qui me change des jeans pis une chemise gris-foncée jetée négligemment sur un débardeur noir. C’est le plus que je peux faire pour avoir l’air propre ce soir. J’ai les cheveux tout trempes à cause de ma douche. Mais comme je suis une invitée d’honneur, et que Xitaniel sait probablement que les robes ne vont pas très bien, elle fera un petit passe-droit pour la tenue vestimentaire exigée.

J’arrive donc sur les lieux. Le portier en est un que je connais. Faut dire que je viens souvent ici. Quand je claque pas ma paye en boisson toute seule chez moi, je paye la tournée à tout le monde ici ou je me paye un petit mec pour m’entretenir toute la nuit. Le gars me laisse entrer avec un petit sourire convenu. Tiens … On aurait déjà couché ensemble ? M’en souviens plus … Faut dire que le trois-quarts du temps, je suis complètement bourrée.

Je me dirige direct vers le bar, j’avise le barmaid très légèrement vêtu et lui demande de me préparer un des cocktails explosifs dont il a le secret. « Tout de suite en début de soirée ? Tu veux pas commencer avec un truc moins fort ? » No non ! Moi je le veux tout de suite mon cocktail. Je sors d’un combat éprouvant, je me sens super bien, super vivante et même si j’ai la face amochée de quelqu’un qui s’est fait rouler dessus par un tank – tiens, parlant de tank, je crois voir le colonel Darius là-bas au fond, collé sur une minette - je suis parfaitement en forme et capable d’encaisser un drink un peu beaucoup relevé. Il ne chigne pas et me sert en riant. Je l’aime bien lui. Sa petite fossette est marrante. Je cale le drink d’un coup. Du courage liquide, que j’appelle.

Parce que ouais, j’en ai besoin. Moi, j’suis à l’aise quand je me trouve dans un endroit où tout le monde délire, où tout le monde hurle. Pour l’instant, même si tout le monde est très légèrement vêtu, l’ambiance est encore très Bon Chic Bon Genre. Tout à l’heure je vais me sentir à mon aise, mais là … Je suis pas encore rendu. Je me lève de mon tabouret, fais quelques pas à travers la foule, ris avec bruit de quelques plaisanteries et salue des gens qui ont assisté au combat de tout à l’heure et qui me félicitent. J’en profite pour regarder un peu tout le monde. Il y a vraiment de tout, dans les soirées de la miss grand nymphe. Et il y a que ces idiots d’humains qui ne voient pas qu’ils sont en pleine conversation avec des sorciers, des vampires ou des lycans. Le jour où il y aura une descente de police dans cet endroit … j’veux pas y être.

N’empêche … je me demande comment ils font pour rien sentir. Ce grand-gros type là-bas … Il sent le chien à plein nez et, pourtant, à côté de lui, il y a quelques femelles humaines qui se pâment. Je ricane sous cape. Ça promettait d’être une soirée marrante.

_________________

One of us is a knife...
One of us is ripe, baby.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodstainedground.superforum.fr
Kami
Mécano du commando d'élite
avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 02/11/2009

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Mar 15 Déc - 19:56

Ya de la musique et des gens. Beaucoup trop de gens. Ya des femelles richement vêtues qui aguichent les mâles. Ces derniers les observent avec une lueur de concupiscence dans les yeux, sirotant leur cocktail et bravadant entre eux – sans doute qu’ils se désignent tous une délicieuse petite proie qui a connu 98578464 messieurs avant eux.

Ça pue. L’endroit pue. Les gens puent. L’handicapé pue. Il m’a traînée jusqu’ici parce Monsieur voulait tremper sa sale bite dans un con usager. Je frissonne. Y va pas se contenter d’une seule femme. Non. Je l’ai entendu parler à ses soldats hier. Y veut se farcir le plus de donzelles possible. Non mais il est malade! J’ai beau essayé de le sensibiliser aux risques qu’il coure à se la jouer l’géniteur 101, mais Dominic patante truc Darius se moque pas mal de mes avertissements. Pis attrape donc toutes les cochonneries! J’vais t’laisser soigner tes bibittes tout seul! Rho, quand même! Je me montre toute gentille, toute mignonne et attentionnée, pis je me fais revirer de bord.

Les hommes. Ces foutus hommes. Ces saletés de rustres velus et incompétents!

-Quelle joie de vous revoir, Darius. Que vois-je, vous avez amené une amie?

Darius bombe le torse devant la coquine qui me regarde, un léger sourire aux lèvres. Je fronce les sourcils et grince des dents. Ouais, pas mal ben faite en plus. J’comprends pourquoi les autres se pâment d’admiration devant Lady Xitaniel. J’en avais déjà entendu des louanges. C’est pas mal l’sex symbole du coin. Je la dévisage ouvertement. Pis j’me dis que… malgré les apparences… elle doit pas être propre. Dans tous les sens du terme.

-Faites-vous plaisir. Laissez-vous aller. Cette nuit est votre nuit, nous assure-t-elle en plantant ses prunelles dans les miennes.

Je me sens défaillir un peu. J’ai les genoux qui s’entrechoquent. Cette fille…

L’handicapé m’enfonce un coude dans les côtes et m’fait signe de le suivre. Je grimace de mauvaise humeur et lance un dernier coup d’œil intrigué en direction de la Lady qui s’occupe déjà des autres clients.

-T’sais, lui dis-je. Ici… ya pas que des humains. T’as vu les têtes blanches des nanas là-bas, pis ces gros mastodontes hyper méga gigantesques? C’pas ben ben humains ces choses-là.

Darius grogne un peu et claudique jusqu’à une table. Je le suis sans faire d’histoire, mais avant de m’asseoir devant lui, j’sors une bouteille d’alcool de ma sacoche. Je stérilise le banc et la table ainsi que le plancher sur lequel je vais déposer mes braves petits pieds. Ils sont protégés par des immenses bottes de cuir, mais j’préfère prendre aucune chance. On sait jamais. Truc Darius me regarde, la bouche grande ouverte et les yeux aussi ronds que des soucoupes.

-Ya peut-être eu du jus de pénis, on le sait jamais, lui expliqué-je en haussant les épaules.

Il secoue la tête. La pauvre bête. Il avait pas pensé à ça, hein?

J’inspecte minutieusement les alentours. Ya beaucoup trop gens. Beaucoup trop d’races. Pis Darius semble se voiler la face. L’idiot. Bon ben moi je vais rester sagement assise sur mon banc à veiller à la propreté de ma bulle personnelle. J’suis quand même pas ici pour m’envoyer en l’air. J’suis ici parce que je suis obligée. J’dois suivre le boulet Darius parce qu’il est pas foutu de comprendre le fonctionnement de sa jambe. Fec si, en culbutant un trou, il enclenche une fonction légèrement… explosive… ben….

Je me gratte la tête. Ça fait pas dix minutes qu’on est là à se regarder dans le blanc des yeux – lui y bave devant les femelles moi je bâille aux corneilles – que déjà ya une dizaine de chatte en chaleur qui se presse contre notre table, mitraillant Darius de poitrines opulentes et artificielles. Elles me regardent tous avec mépris, comme si j’étais un adversaire insignifiant. J’écarquille alors de grands yeux innocents. Pour faire mignonne. La dizaine amène Darius hors de me champ de vision. Et voilà… Elles vont lui faire des gili-gili sur le zizi et moi je vais… intercepter un employé à poil.

J’prends un verre contenant une liqueur d’un rouge vif. Je sirote un peu, prudemment d’abord puis avec délectation ensuite. Ah… l’alcool. C’est si bon… mais je dois me contrôler… sinon ça risque de pas être super chic à voir. Je finis l’verre. Pis j’en prends un autre, pis un autre encore. Pis je commence à m’dire qui fait chaud en titi icitte. Mes doigts engourdis défont les boutons de ma chemise que je rejette sur la table. La camisole suit aussitôt.

J’avale d’autres cocktails. C’est pas mal bon tout ça. Ya des mecs qui s’attroupent autour de ma table, j’comprends pas tellement pourquoi, j’leur dis – sans grande conviction - de me ficher la paix, mais ya rien à faire… C’est donc en chancelant et en zigzaguant que j’parviens à m’sortir de cet attroupement avec, pour seul vêtement, une jolie petite culotte noire et mes bottes de salope. Mon soutif et ma jupe ont disparu quec part dans le tapon de personnes.

J’attrape une coupe sur un plateau d’un des serveurs pis je la vide d’une traite. Moi si j’suis capable de m’amuser, ya pas juste Monsieur-Darius-la-verge-en-feu qui peut s’éclater. Lalala… Alors que j’me dandinais ben sérieusement, ya de quoi qui a chié pis je me sens battre des bras. Je ricoche contre une surface dure qui bouge un peu.

Pis j’croise deux petits yeux ben michants.

-Waa… quelle tête que t’as. Ta maman t’a fait ça avec une serpe?

Pis j’réalise que j’suis écrasée contre la grosse bêbête. Pis je me dis que sa peau ben chaude est assez le fun. Je pourrais rester clouée à c’type encore un ti bout. Mais ya comme des alarmes dans ma tête qui résonnent.

-Pis t’as des grogros muscles. R’garde moi ça… ton bras est plus gros que ma jambe. Faut le faire…

Les alarmes sont pas mal fortes. C’est peut-être pu juste dans ma caboche… C’est peut-être dans la salle… Ya un feu? Faut s’en aller? L’mec a pas l’air de bouger pis les autres non plus… Qu’est-ce qui se passe? Mes yeux s’attardent sur mes petits seins aplatis contre un dos particulièrement massif. Waa… ça c’est un dos…

Hein… je suis toute nue. Hein… je suis collée contre quelqu’un.

COLLÉE?

Je glapis comme une pucelle effarouchée et je bondis de 847586 mètres du mec.

-T’as pas honte de tripoter une fillette espèce de gros pervers dégoûtant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Xitaniel
Démone de la luxure - I'll teach you about lust
avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 27

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Lun 21 Déc - 11:01

Encore une fois, la démone s’aspergea le visage avec une bonne giclée d’eau froide. Penchée sur les lavabos de la salle de bain de l’étage, elle s’agrippait aux rebords pour ne pas se sentir défaillir encore plus. Elle avait verrouillé la porte, ne tenant pas réellement à être surprise dans cette posture. Elle entendait quelqu’un cogner doucement à la porte. Elle aurait du penser à mettre l’écriteau « fermée pour nettoyage » sur la poignée extérieure mais encore, tout avait été nettoyé de fond en comble avant la soirée. Ses employés auraient trouvé le phénomène étrange. Xitaniel, sans redresser la tête, somma la personne d’aller se prendre une chambre, ce serait plus confortable. Une voix connue lui répondit en grommelant que ce serait idiot d’aller déranger un couple pour pisser dans un lit. La femme ne put s’empêcher de sourire.

-Un petit instant.

Elle mit de l’ordre dans sa tenue, s’essuya le visage et se dirigea vers la porte de son habituelle démarche ondulante. Elle ouvrit. Le soldat le plus reconnu de la ville entra dans les toilettes en claudiquant légèrement. Elle sourit, s’adossa au mur alors qu’il allait se soulager en maugréant. Comme tout le monde, elle avait entendu les rumeurs quant à l’incident bête qui lui avait fauché une jambe. Il aurait bien aimé raconter à tout le monde qu’il s’agissait d’une blessure de guerre, et elle le comprenait, mes les nouvelles volaient vite, par ici, surtout lorsqu’elles concernaient le Don Juan de l’armée. En fait, la nouvelle s’était propagée parce que monsieur avait fait venir dans sa tente des prostituées bavardes.

-Vous êtes toujours aussi grognon, lieutenant. C’est votre nouvelle jambe qui vous met dans un tel état ?

Darius poussa un soupire en laissant aller dans l’urinoir le trop plein de drinks qu’il avait absorbé. Il dit que non, que ce n’étaitpas ça.

-C’est la sacrée fille que j’ai emmenée avec moi.

-Une conquête éventuelle ?

Il jura, remonta son pantalon.

-Non. C’est la tech qui m’a fabriqué ma jambe. Elle est là pour prévenir des fichus d’ennuis techniques éventuels. Sauf que c’t’une agace, une espèce de petite chatte chaste que j’ai jamais eu le droit de toucher. Je lui ai promis que je surveillerais ses arrières, mais elle vient de se foutre à poil et d’aller coller ses devants sur un grand bonhomme. Si j’avais su qu’elle pouvait boire autant que viXen …

Xitaniel émit un petit rire cristallin. Elle demanda à voir la jambe en question, curieuse. Darius se lava les mains avant de relever jusqu’au genou la jambe de son pantalon. Un bijou de technologie se montra aux yeux de la démone. Mécanismes complexes qu’elle n’avait jamais vus auparavant, des articulations auxquelles personne n’aurait pensé. Et cette jeune femme qu’elle avait vue ne devait pas avoir plus de seize ans. Elle hocha la tête, caressa un moment la jambe d’un air distrait, pour éprouver le métal. C’était glacé, comme elle s’y attendait.

-Eh bien mon brave Darius, vous pouvez cesser de vous tourmenter et aller vous amuser avec quelques femmes. Je m’assurerai personnellement que votre jeune protégée passe une soirée agréable et sans ennuis.

Le soldat eut un air ravi. Visiblement, il avait envie depuis le début de monter dans les chambres mais s’était contenté des bourgeoisies de la salle de bal pour garder un œil sur la petite. Il ne se fit pas prier et elle le vit partir vers les chambres plutôt que vers l’escalier. Elle prit quelques secondes avant de sortir, se regarda longuement dans le miroir. Ses mains, elle le remarqua, étaient crispées sur la tulle de sa robe. Elle ferma les yeux. Elle avait faim. Et elle savait ce que cela signifiait, pour elle qui n’éprouvait jamais le besoin de se nourrir. Il était là. Il était quelque part aux environs et voulait le lui faire comprendre. Pas nécessairement à l’intérieur, peut-être dehors. Elle sortit, avisa un garçon en livrée et lui vola un canapé au calmar qu’elle engloutit à toute vitesse. Ça avait bon goût, mais elle n’en ressentit aucune satisfaction. Elle s’approcha du balcon et s’y accouda. De là, elle pouvait voir toute la salle, en bas. Tous les convives qui n’étaient pas déjà montés dans les chambres. Elle cherchait à le voir et parcourait tout le monde du regard. Ça se pressait. Certains étaient nus, d’autres gardaient leurs vêtements pour les enlever au tout dernier moment. Elle vit un jeune corps, nu. C’était la protégée de Darius. Elle ne put réprimer un sourire. C’était effectivement l’alcool qui la rendait comme ça, aucun lien avec la luxure de la fête. Elle était proche de Paul. Xitaniel claqua des doigts pour appeler l’un des employés de la sécurité.

-Passez le mot parmi les employés. Vous voyez cette jeune femme en tenue d’Ève, là ?

Elle pointa le doigt vers l’adolescente.

-Assurez-vous qu’elle passe une bonne soirée mais qu’elle garde toujours quelque chose sur le dos. Assurez-vous aussi que tous les verres qui passent à sa portée ne contiennent que des jus pétillants, pas d’alcool.

Le garde la regarda en haussant un sourcil. Elle s’expliqua en disant que la jeune femme était mineure et qu’elle ne voulait pas d’ennui : il s’agissait d’une protégée du lieutenant colonel Darius. L’homme eut l’air de trouver cette explication satisfaisante et elle le regarda descendre l’escalier et passer le message à tous les autres employés de la Lanterne Rouge. Elle vit, à peine quelques instants plus tard, quelqu’un passer une veste autour des épaules de la jeune femme et lui envelopper quelque chose autour de la taille malgré ses protestations. Voilà qui était bien.

Et puis elle le vit, là, à l’entrée, près de la porte. Dans un long manteau noir qu’un employé vint lui retirer. Il avait toujours sa cane dans la main. Il n’avait pas changé le moins du monde. Elle resta un instant complètement figée et cela ne s’améliora pas quand le regard de l’homme se fixa dans le sien. Elle serra de toutes ses forces la rambarde et le regarda avancer vers l’escalier. Elle n’entendait plus aucun bruit, seulement celui de ses pas et de sa cane qui frappait le sol à intervalles réguliers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.black-dahlia.purforum.com
Damah
Démon de la Gourmandise - Gros Vilain Cochon
avatar

Messages : 402
Date d'inscription : 28/09/2009

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Lun 18 Jan - 1:27

Un grondement sourd résonna à mes oreilles. Je lançai un coup d’œil bienveillant vers mon estomac. L’une de mes mains, par mégarde, glissa jusqu’à l’une de mes poches, s’enfouit dans le vêtement et tâtonna quelques sacs de plastique. Mes doigts se resserrèrent sur une proie qui, en signe de protestation, produit quelques petits bruits. Un sac de cacahuètes. Un petit… très petit… Trop petit. Je pinçai des lèvres, agacé par la maigre quantité de nourriture contenue dans le papier d’emballage. Je l’ouvris avec prudence, craignant de perdre une cacahuète ou deux si je devais me montrer trop brusque. Je humai le parfum de ces noix et, l’eau à la bouche, j’enfournai le tout – le sac de plastique compris, il ne faut rien gaspiller.

Je déambulai dans la ville, me promenant dans ces vastes rues. Il n’y a rien qui a véritablement changé. Tout est aussi appétissant qu’avant. J’enfonçai mon pouce dans ma bouche, le grugeant sans ménagement. Certaines personnes se détournèrent sur mon chemin, jetant des regards interloqués en direction de ma main dégoulinante de sang. J’ai soif aussi, et le sang… ça comble le vide de l’estomac. Je m’empressai de lécher le liquide carmin, et de n’en laisser aucune goutte, aucune trace. Je dévorai mon pouce jusqu’à l’os… que je croquai sans miséricorde. Ma chair est tendre et juteuse. Une morsure et le sang gicle dans ma bouche. C’est divin.

À contrecœur, je retirai de ma bouche les vestiges de mon pouce et le fis reprendre sa forme initiale, à savoir un doigt long et osseux. Mon pouce s’agita, comme pour vérifier sa nouvelle flexibilité… le contempler ainsi en mouvement me donna l’envie de le remettre entre mes dents.

-Ts… ts…, un peu de retenu, mon cher Damah, me dis-je. Mange quelque chose de plus savoureux, de plus exquis, de plus raffiné…

L’image de ma sublime Xi se matérialisa dans mes pensées, et mon estomac gronda méchamment. Je le tapotai doucement, comme si je cherchais à le rassurer. Xi... Ma si belle Xi… Si belle, si jolie, si alléchante. Mon adorable sœur. Ma succulente sœur. Ce qu’elle sent bon, ce qu’elle a bon goût. Le seul souvenir de ses chairs me fait abondamment saliver. Distraitement, j’essuyai le filet de bave sur mon menton. Mon attention était tout entière rivée vers la façade de la Lanterne Rouge. Derrière ces murs, derrière ces appétissantes petites briques brunes, derrière ces délectables couches de béton, derrière toute cette nourriture… il y avait mon dessert. Ma belle et pulpeuse Xi.

Je me renfrognai. Notre dernier entretient ne s’est pas très bien déroulé… Il s’est même affreusement terminé… se clôturant avec mon départ. Mon ventre gargouilla fortement, ripostant contre mes pulsions animales qui s’étirèrent et bâillèrent, s’éveillant tout doucement. Oui, mon aimée Xi est proche… Je le sentis jusque dans mon bassin.

Je mis un peu d’ordre dans mon habit – entre temps, je mangeai des bonbons à belles dents, bonbons qui se blottissaient dans mes nombreuses poches. Je secouai ma crinière hirsute, intimai l’ordre à mon estomac de se taire pour les prochaines minutes, et gracieusement dans la Lanterne Rouge.

Je dus payer le prix d’entrée, ce que je n’aurais pas fait auparavant… puisque j’étais le favori et le complice de la propriétaire des lieux… Ah, les choses changent… Même le goût de la nourriture se modifie, chose plutôt extraordinaire… À l’intérieur, je subtilisai une chandelle allumée que j’ingurgitai rapidement. Une chaleur réconfortante me longea l’œsophage et s’éteignit dans mon estomac. Je me tripotai le ventre, plutôt satisfait. La chandelle avait un goût… gras… goût excellent pour apaiser mon anxiété.

Je débouchai dans la salle commune. Bondée. Remplie de bonnes odeurs, de bonnes personnes et de… oh… de victuailles qui se promenèrent d’un point à un autre. Je suivis des yeux quelques serveurs nus qui portaient les plateaux de nourriture, me léchant avidement les babines. Un festin, un véritable festin… D’abord, comme entrée, j’entamerai les plats humains, ensuite je sélectionnerai une jolie créature vampirique, puis un délicieux et frêle humain, après quoi un lycan plutôt costaud et rude, et pour dessert… ma charmante Xi qui est…

Mes yeux se braquèrent instantanément sur une svelte silhouette appuyée sur la balustrade à l’étage supérieur. Cent dix-huit ans. Cent dix-huit ans que je ne l’ai pas… Mes émotions se bousculèrent, mes envies surgirent de tout côté… Mon ventre, qui jusqu’ici se maîtrisait plutôt bien, se déchaîna. J’ai faim. J’ai faim d’elle. J’ai faim de son corps, de son sang, de son essence. J’ai de ses lèvres, de ses yeux, de ses seins, de ses hanches, de son sexe. J’ai faim de son âme.

-Incroyable… toujours aussi somptueuse… toujours aussi exquise…

Mes pieds se mirent en mouvement. Je traversai la pièce, en prenant bien soin de dévorer quelques hors-d’œuvre avant de me rendre auprès de ma sœur. Cette dernière m’observa gravir jusqu’à elle, le visage impassible. Une fois que je fus à sa hauteur, nous nous toisâmes pendant un long moment et… au lieu de me sauter à la gorge…, elle ne fit rien, ce qui me déboussola. Je pinçai les lèvres.

-Bonsoir, Xi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Xitaniel
Démone de la luxure - I'll teach you about lust
avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 27

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Mar 19 Jan - 1:28

    La démone reste totalement immobile tout le temps que met l’homme à gravir l’escalier. Pas un muscle ne s’agite non plus lorsqu’il s’approche d’elle. Sauf peut-être celui de sa paupière gauche qui tressaille légèrement, pris d’un petit accès de faiblesse. Sa main serre la rambarde encore plus fort lorsqu’il s’arrête, qu’il la regarde, qu’il la toise. Qu’il la dévore des yeux. Ses yeux à elle se ferment. La venue de cet homme n’était pas prévue. Il n’était pas attendue. Cela faisait cent ans qu’elle avait renoncé à l’attendre. Pourquoi revenir maintenant ? Pourquoi revenir maintenant qu’elle avait presque réussi à passer à autre chose et à l’oublier.

    -Bonsoir, Xi.

    La voix de son frère lui fit le même effet qu’une douche froide. Ses yeux s’ouvrirent brusquement, deux perles noires de néant qui s’amarrèrent aux pierres de charbon des prunelles de Damah. De sous ses longs cils, elle le regardait comme si elle le voyait pour la première fois. Elle ne savait trop comment réagir à son soudain retour. Devait-elle lui sauter dans les bras comme elle le faisait lors de toutes leurs anciennes retrouvailles ? Non. La blessure avait été trop profonde et était restée sans soins trop longtemps. Il ne pouvait pas revenir et s’attendre à ce qu’elle soit disponible. Pas après si longtemps. Et puis elle n’était jamais vraiment disponible, ni jamais vraiment prise. Mais elle avait remplacée leur relation par une autre. Elle avait remplacé Damah, son frère qui avait faim d’elle et lui faisait l’amour en la dévorant de toutes les manières par Taah, son autre frère, qui la possédait avec fureur. Pire que tout : ces deux mâles se détestaient comme il était impossible pour deux êtres de se haïr sans en venir à se tuer. Ceux deux-là, s’ils se rencontrent ce soir, vont s’arracher plus que la tête. Et ce lourdaud de Damah va encore y rester. Xitaniel savait qu’il y avait peu de chances pour que Taah décide de se présenter à la fête qu’elle donnait, mais elle redouta soudain qu’il lui en prenne l’envie. Elle attrapa le poignet de du revenant et l’entraîna d’un pas vif vers le fond du couloir. Là, elle leur fit prendre un autre escalier pour descendre et elle déverrouilla la porte de sa chambre, sous la Lanterne Rouge. Elle ne laissait jamais personne y venir. Même Damah n’y était pas venu souvent. Elle l’avait emmené là parce qu’elle ne voulait pas croiser Taah. Elle referma brusquement la porte derrière eux et s’y adossa en soupirant. Le démon sembla mal interpréter ce geste car il se pressa sur elle et tenta de lui volet un baiser. Mais ce fut une gifle qui atteint son visage et le força à se détourner.

    -Cent dix-huit années ! cracha-t-elle en le repoussant et en allant Cent dix-huit années sans montrer le bout de ta sale tronche et tu crois que tu peux venir me récupérer comme tes gains sur un combat au Fight Club ?

    Son ton n’était pas élevé. Xitaniel, tout le monde le savait, haussait rarement le ton. Elle faisait toujours preuve d’une douceur et d’une chaleur exemplaire. Mais lorsque c’était le temps, comme maintenant, elle pouvait faire preuve d’une froideur qui jurait incontestablement avec sa personnalité et son allure. Elle passa ses doigts dans ses cheveux, agrippa une mèche blonde qu’elle enroula autour de son doigt et tira dessus à répétition dans un geste d’agacement. Ça n’allait pas se passer comme ça. Ça ne pouvait pas se passer comme ça.

    -J’ai tiré une croix, Damah. Je t’ai cru mort. Réellement mort. Je suis passée à autre chose.

    Elle ferma les yeux, baissa la tête et poussa un profond soupire. Ce n’était pas tant de la colère qu’elle ressentait. C’était un bizarre mélange d’émotions. D’abord, elle lui en voulait de ne pas avoir donné de nouvelles de lui pendant si longtemps. Ensuite, elle était soulagée qu’il ne lui soit rien arrivé de fâcheux : Damah avait toujours eu le don de se mettre dans les pires situations qu’elle puisse imaginer. Elle s’assit sur le rebord de son lit, posa les mains sur ses cuisses et regarda son frère avec attention. Il était toujours le même homme. Il ne changerait jamais. Elle, lui … Tous les membres de leur famille était vouée à rester les mêmes. Ils ne pouvaient pas changer. Ils étaient pris dans un moule.

    -À quoi tu t’attendais, en surgissant ici, au beau milieu de la soirée ? Tu t’attendais peut-être à ce que je t’enlace et te prenne en moi sur le premier lit ou sofa disponible ?

    Oui, bien sûr. C’était ce qu’il s’était imaginé. Pourquoi aurait-il imaginé autre chose ? C’était toujours comme ça que ça se passait. Mais cette fois c’était différent. Il y avait Taah. Il y avait le facteur du temps qui avait passé, de l’eau qui avait coulé sous les ponts et érodé la pierre. Seigneur … Pourquoi avait-il fallu qu’il revienne?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.black-dahlia.purforum.com
Amandine Guerin
Mage Noire
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 10/12/2009

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Sam 30 Jan - 19:20

Elle flottait quelque part sous les hauts plafonds de la Lanterne Rouge...et elle n'aimait pas ça. L'incroyable sensation de laisser-aller qu'elle ressentait chaque fois qu'elle venait en cet endroit la mettait irrémédiablement mal à l'aise. Et pourtant il était difficile de la déstabiliser : c'était elle qui perturbait son entourage en général, pas l'inverse. Amandine devait bien se l'avouer, Lady Xitaniel était forte et dangereuse. Parce qu'il ne fallait pas se leurrer sur sa nature...quelle qu'elle soit.
La jeune femme secoua sa tête pour reposer les pieds sur terre. En général elle recherchait plutôt l'évasion de l'esprit, mais ici elle devait garder le contrôle. Rester en prise avec la réalité, et ne pas se fier aux sensations qu'elle ressentait. Particulièrement à l'étrange chaleur qu'elle sentait naître dans son ventre en posant les yeux sur Paul, là, tout de suite. Cet homme n'en était pas un, elle ne devait pas l'oublier. Malgré ce qu'elle lui devait, la fixation qu'elle faisait sur lui - sans se l'avouer vraiment - et leur "cordiale" entente professionnelle, ce monstre prendrait un plaisir certain à la dévorer. Il s'agissait d'un détail, certes, mais d'un détail important, à classer dans les choses vitales.
Dans un coin de sa tête, une vicieuse petite voix lui soufflait pourtant qu'avec un peu de contrôle mental... Non ! La voix en question se vit mettre muselière et camisole et fut renvoyée loin, très loin dans les méandres du cerveau de la petite blonde.

*Allez ma fille, bouge de là.*

Oui, elle devait changer de table. De toute manière il y avait ce dernier client à voir - qui devait bien se trouver dans le coin même si elle ne l'avait pas encore aperçu - et elle s'était promis de fureter un peu, histoire de collecter quelques informations croustillantes avant de rentrer. Hors de question de rester jusqu'à minuit de toute manière : les "réjouissances" prévues ne l'intéressaient guère.
Amandine se levait justement au moment où une étrange adolescente - vêtue en tout et pour tout d'une petite culotte et d'une paire de bottes - vint percuter Mills pour ensuite hurler au viol de manière exubérante. Elle était soûle, cela ne faisait aucun doute. Et elle était morte, ou tout comme : le loup-garou n'avait visiblement pas apprécié cette "rencontre". La jeune femme se demanda si elle devait intervenir.
Oui ?
Non ?

*...*

"Entre encore dans ma tête sans permission et je fais voler la tienne... Evite de jouer à ca..."
Tout bien réfléchi, ce serait non.

*Désolée.*

Le pensait-elle vraiment ? Elle-même n'aurait su le dire. Mais ce n'était déjà plus son problème alors qu'elle s'éloignait furtivement de la table, se coulant vers le bar de l'autre côté de la salle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul Mills
Chef de meute de la Brigade
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 05/10/2009

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Sam 30 Jan - 19:24

La petite chose qui était collée à lui l'instant d'avant avait fait un bond en arrière avant de se mettre à hurler en agitant les bras. Un coup d'œil suffit à dresser un bilan désastreux : une ado complètement bourrée et pratiquement à poil. Et cette petite conne était venu le faire chier. Lui.

*Mauvaise pioche, salope.*

Son esprit était déjà occupé à détailler en quartiers la gamine en furie quand un employé de la Lanterne arriva, l'air de rien, et la couvrit tant bien que mal alors qu'elle se débattait. Paul releva la tête. Là-haut, du côté des balcons, Lady Xi surveillait la scène du coin de l'œil. Et merde. Il n'avait aucune idée de qui était cette petite pute, mais la maîtresse de maison semblait y tenir...un minimum. Non pas que le loup ait peur de la dame - à tort ou à raison - non. Mais il avait pris sur lui, avait fait un putain d'effort, pour éviter d'envoyer ce con de Julian. Avec sa tête complètement cramée il aurait foutu le bordel plus vite que son ombre et aurait compromis la Brigade en moins de trois secondes. Alors s'il faisait cette connerie il balancerait lui-même tout son boulot à la poubelle.
C'est dans ces moments que l'on peut évaluer la maîtrise ou le sang-froid d'une personne. Heureusement qu'il était champion de la discipline, même s'il préférait largement se laisser aller à ses pulsions. Mais sans ça il n'aurait pas fait long feu à l'extérieur. Il détourna son regard noir de la gamine, pris une grande inspiration, et se remit dans sa position initiale, face à son verre.

"Je déteste que tu fasses ça en général, mais là ça m'aiderait bien si tu pouvais..."

En levant les yeux il réalisa qu'il était en train de s'adresser au verre vide de Lullaby. La sorcière s'était tout bonnement tiré. Disparue. Evaporée. Pétasse.
Et voilà, au moment où il était vraiment énervé le rat avait quitté le navire. Elle aurait au moins pu se rendre utile. Merde.
C'est un léger picotement dans la paume de sa main qui détourna sa colère : il avait serré trop fort - pour pas changer - et son verre de whisky s'était transformé en morceaux encastrés dans sa main, le tout arrosé d'alcool. Y'avait des jours à la con, comme ça. Mais au moins il oublia un instant la raison de son énervement et c'est avec un calme apparent qu'il arracha un a un les éclats. Au final, ça ou compter des moutons...

Du coin de l'œil il constata que la folle - maintenant vêtue d'une espèce de manteau - s'était installée à sa table. Elle voulait crever ou quoi ? Ou bien elle se sentait intouchable à cause de cette putain de patronne ?
Jetant le dernier bout de verre sur la table - au milieu de la petite flaque d'alcool mêlé de sang qui s'y était formée - il jeta un vieux regard en biais à l'intrus.

"Si j'étais toi je changerais de place. Et c'est pas un conseil mais une menace, si tu vois ce que je veux dire."

Et elle avait intérêt à voir. Parce que Paul n'était pas du genre à faire un dessin. Non. Il était plutôt du genre travaux appliqués.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kami
Mécano du commando d'élite
avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 02/11/2009

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Mar 9 Fév - 18:06

Ya un type en p’tite tenue d’Adam qui me jette un manteau ses épaules, arborant un regard désapprobateur. C’est lui l’exhibitionniste, pis c’est moi qu’on fait chier? Quand même, y me reste ma culotte et mes bottes. Ma culotte et mes bottes? Je note l’ampleur des dégâts d’un ti coup d’œil indigné. Eh merde. Le serveur reste près de moi, s’assurant que je ne pète pas une autre crise de « tounuisme ». J’essaie de le repousser de mes bras mous-mous, de le faire suer en l’admonestant, mais rien y fait. Y bouge pas. À un moment donné, il lève sa main de femelle et me pointe la maîtresse de l’endroit, qui semble occupée avec un bonhomme aux cheveux poivre et sel, juste pour me montrer qu’il suit les ordres. Ordure.

Je bougonne, dépose mon cul sur un banc et fixe un œil noir sur l’immeeeeeeense mâle chauve. Je le détaille un moment, constatant que ses bras sont aussi gros – sinon plus – que mon torse, et que sa poitrine à lui doit bien faire ma grandeur. Bon, j’exagère un ti peu… quand même… c’est pas un titan c’t’affaire là, mais c’est pas humain non plus… Je fronce les sourcils et plisse le nez. C’est p’t-être juste un type bourré de stéroïdes. Je me dandine sur mes fesses, mal à l’aise. J’ai pas stérilisé la table ni la chaise. Je me tourne vers le serveur à poil, évite de regarder dans une direction, comment dire, pas jolie-jolie et lui demande gentiment – ordonne en aboyant et en disposant quelques insultes colorées ici et là –de retrouver mon sac à main et mes vêtements. Quand je me retourne, vision d’horreur.

Le mastodonte a la main en sang. Ça jute, ça coule, ça se répand sur la table. Pis le cave, ah non mais quel sans génie!, y s’enlève des fragments de verre un par un… en enfonçant ses doigts sales dans les plaies béantes et écarlates… Je frémis. J’ai la bouche grande ouverte. Ah nah mais il n’a jamais eu des cours sur les premiers soins? On désinfecte. On DÉSINFECTE. Yé où l’osti de serveur tout nu avec une tite bite?!

-Rha mais arrêtez! M’interposé-je en saisissant à contrecœur le poignet de tas muscles pis en l’éloignant de la main blessée – va falloir que je me pique pour éviter tout risque de contamination. C’est pas comme ça que ça doit s’faire. Y doit sûrement avec des éclats dans votre main… pis si ça pénètre les veines… Saloperie. Pis avant d’toucher à un bobo, y faut se laver les mains ben comme du monde! Ta maman t’a jamais appris ça? T’devrais pas avoir besoin d’une gamine pour t’le dire.

Le serveur surgit tout à coup, laissant tomber lourdement mon sac sur la table, que j’ouvre rapidement, fouille dedans, sors mon gun argenté et le met devant moi – tsé… pour décourager les mauvaises bebêtes – et quelques autres gadgets avant de tomber sur ma trousse de secours super performante, une belle boîte ben ben remplie. Je la fixe un moment, puis mon attention s’attarde sur la main sanglante.

-J’peux pas faire ça ici… y m’faut un endroit plus tranquille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul Mills
Chef de meute de la Brigade
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 05/10/2009

More About You
Signes particuliers :

MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   Jeu 25 Fév - 14:25

Paul cru à une mauvaise blague. Cette petite conne venait de lui attraper - du moins dans la mesure de ses moyens - le poignet. Et elle beuglait des choses incompréhensibles. Rectification : ce qu'elle était en train de débiter devait certainement avoir un sens très clair, mais le loup restait fixé sur l'odieux contact qu'exerçait la peau de la gamine sur la sienne.
Elle se permettait de le toucher !

Sans la musique et le brouhaha ambiant, cette petite idiote aurait sans doute compris que le grondement sourd qu'elle percevait vaguement venait directement du fond de la gorge du mastodonte et que cela présageait tout sauf une partie de plaisir...du moins pour elle.
Mais la jeune fille était bien trop occupée, le nez dans son grand sac, à chercher Dieu seul savait quoi. De toute façon il n'en avait rien à foutre : il allait le lui faire avaler, son sac. Protégée de Xi ou pas, y'avait des limites à pas franchir. Son poing libre était déjà levé, et la seule question encore en suspens était de savoir s'il décidait de la tuer rapidement ou non.
Son mouvement fut stoppé net par un éclat de lumière. Comme s'il remettait les pieds dans le monde réel, Mills réalisa que la gosse venait de sortir une arme, et pas n'importe laquelle. Elle sortait couverte la salope. Dans le même temps il percuta combien ce qu'il s'était apprêté à commettre aurait été stupide. Elle ne perdait rien pour attendre. Mais il réglerait ses comptes plus tard, et surtout ailleurs.

-J’peux pas faire ça ici… y m’faut un endroit plus tranquille…

Il la regarda un instant comme s'il venait de découvrir que cette chose pouvait parler. Faire quoi ? Qu'est-ce qu'elle était encore en train de raconter comme connerie ?! Il suivit son regard : elle fixait sa main ensanglantée avec un dégoût particulièrement prononcé. Puis il remarqua ce qu'elle avait cherché - et finalement trouvé - dans son sac : une...trousse de secours ?!
Cette situation était aussi débile que si une poule avait tenté de soigné un renard. Débile et risible. Débile, risible, et finalement...

*...utile.*

L'emmener à l'écart, bonne idée. Ok, elle était armée, mais ce n'était qu'un détail. Une fois hors de cette foule, elle ne pourrait plus la ramener autant. Et un bain de sang serait extrêmement relaxant, il en était convaincu.
Un effort supplémentaire et il parvint à afficher un sourire qui n'aurait rien eu à envier à ce putain de chat sociopathe qu'une certaine Alice rencontrait après avoir bêtement suivi un lapin affublé d'une horloge...

"Très bien, je te suis et tu vas m'arranger ça..."

*Et je vais te régler ton compte dans la foulée.*

Et il allait y prendre un plaisir fou. Pourquoi évitait-il autant que possible la Lanterne Rouge d'habitude ? Il ne s'en souvenait déjà plus alors qu'il se levait pour suivre la gamine hystérique qui se mettait en quête d'un lieu plus adéquat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fête [topic géant pouvant contenir tous les membres]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (TOPIC DE GROUPE OUVERT A TOUS) Nouvel an Chinois.
» The Sim's Topic
» Topic bouffe : à vos gamelles !
» Arrivée à la demeurre Tohsaka (Topic Hentaï)
» [Inutile] Topic des hommes mariés ou en couple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloodstained Ground :: La ville :: Centre-Ville :: Bal de Noël-
Sauter vers: